Petit retour sur la conférence « Amour,sexe et pixel »
le 26 avril 2019, à 4:12

Jeudi 25 avril 2019, l’ Association Intercommunale le Nulle Part Ailleurs organisait 2 conférences autour du numérique.
Une première s’est déroulée l’après midi en direction de tous les élèves de 4ème du collège Volney, collège le Prieuré, la MFR de l’Oudon et la MFR de l’ Hippodrome. Ceux sont un peu plus de 250 élèves qui sont venus accompagnés de leurs professeurs,… à la salle du Mûrier écouter Stéphane Blocquaux, Docteur en Sciences de l’ Information et de la Communication.
Au programme, 2h de conférence autour des différences entre le monde réel et le monde virtuel. La conférence a permis aux jeunes de prendre conscience que tout n’ est pas sans conséquence dans le monde virtuel et qu’il faut rester vigilant. Une intervention qui invite à la prise de conscience mêlant humour et argument scientifique. Les échanges avec M. Blocquaux qui ont suivi ont été riches et constructifs.

C’ est une deuxième conférence qui a eu lieu la soirée, en lien avec celle de l’après midi. Cette fois ci en direction des adultes : parents, professionnels,…Plus de 100 personnes ont répondu présentes. La thématique de cette conférence « Les jeunes et internet : Amour, sexe et pixel » animée par 2 conférenciers.M. Blocquaux qui a été rejoint par M. Renaud Hétier, Docteur en Sciences de l’ Éducation. Celle ci est la dernière du cycle de 3 conférences « Pour une éducation au virtuel ». En écoutant ses 2  personnalités, les parents ont pu acquérir des outils simples à mettre en place pour accompagner les jeunes dans ce monde virtuel.
« Je me rends compte qu’il faut vraiment que je m’informe sur ce qu’il se passe  sur le net, sur se que peuvent voir nos enfants pour pouvoir les accompagner »parole d’une maman.

En effet, ce cycle de conférences permet de prendre conscience que le virtuel fait partie de notre société, il est donc important de pouvoir proposer à nos enfants « une éducation au virtuel ». Parmi les solutions proposés aux parents, il ne faut pas céder à la paranoïa mais néanmoins rester en veille et se former. Et le dialogue, qui est essentiel avec nos enfants.

eleifend Lorem mi, nec id, diam vel, Curabitur suscipit